Qui est le Nigérian Aliko Dangote, l’Africain le plus riche du monde?


Nous aimons voir l’Afrique qui réussit, nous aimons voir les Africains qui réussissent. Aujourd’hui, nous allons retracer le parcours de Aliko Dangoté, l’homme le plus riche d’Afrique.

L’agence Bloomberg publiait le classement des cinquante personnalités les plus influentes du monde économique. Parmi elles, trois Africains : le financier ivoirien Tidjane Thiam, le Soudanais Mo Ibrahim et le milliardaire nigérian Aliko Dangote qui reste l’Africain le plus riche avec une fortune estimée à 15 milliards de dollars. Mais ce dernier a perdu en un an 10 milliards de dollars. A la fois à cause de la dévaluation du naira nigérian, de la crise boursière dans son pays et d’une faible demande pour le ciment, le cœur de l’empire Dangote.

Si à 58 ans on peut perdre 10 milliards de dollars sans céder sa place de première fortune africaine, c’est qu’on a réussi sa vie. Aliko Dangote a connu une année difficile, mais il reste l’Africain le plus riche du monde avec une fortune estimée à 15 milliards de dollars.

Il n’a rien perdu de son appétit pour les affaires et multiplie les projets. Cette année, il consacre neuf milliards de dollars à un immense projet de raffinage de pétrole et de production d’engrais au Nigeria. Au passage, il poursuit la diversification de son empire qui s’étend désormais du ciment au pétrole, en passant par les pâtes alimentaires, la farine et les télécoms. Il est présent dans une quinzaine de pays africains.

 

Ce «tycoon» de 58 ans illustre le succès de grands groupes africains qui taillent des croupières aux multinationales sur un marché continental en pleine expansion, comme le montre une étude du cabinet de conseil Boston Consulting Group (BCG).

Puissance de travail, pratiques commerciales affûtées, appui sur un véritable réseau, autant d’atouts de ce «lion africain», pour reprendre le terme de BCG, dont les entreprises se retrouvent de l’Afrique du Sud jusqu’au Sénégal et qui fréquente les cercles de pouvoir internationaux comme le Forum économique mondial de Davos.

Résultat, son empire était estimé début novembre par l’indice des milliardaires de l’agence Bloomberg à 13,8 milliards de francs. Dans une vidéo publiée il y a trois ans, M. Dangote expliquait qu’un entrepreneur devait posséder une vraie vision et savoir prendre des risques calculés. «Vous devez penser large. Si vous pensez étroit, vous resterez petit toute votre vie. Et vous devez faire preuve de cohérence».

26 000 salariés

«Quand vous lancez une affaire, vous risquez de connaître des hauts et des bas. Cela ne signifie pas que ça ne va pas marcher. Il va y avoir des défis, mais il faut savoir les contourner», disait-il. Un credo qui lui a réussi puisque le Dangote Group, dont le siège est à Lagos, est le premier employeur privé d’Afrique avec ses 26’000 salariés ; ce qui lui donne un avantage sur les sociétés étrangères en termes de connaissance du terrain et de relations d’affaires dans la durée.

Une de ses composantes, Dangote Cement, possède des filiales dans 14 pays du continent et ne compte pas en rester là. En août, elle a signé un contrat de 4,3 milliards de dollars avec le Chinois Sinoma International Engineering pour la construction de onze nouvelles cimenteries, dix en Afrique et une au Népal.

M. Dangote a ainsi fait de ses entreprises un outil indispensable des mutations du continent, fournissant la matière première à la construction de nouvelles infrastructures en plus de création d’industries et d’emplois. «L’Afrique a atteint la majorité. L’Afrique nous offre des opportunités sans égales», déclarait-il en mars 2014 sur CNBC.

Dans son propre pays, où règne le clientélisme, il courtise les hommes politiques de tous bords et se positionne pour développer des industries actuellement très peu développées. Il a ainsi signé des emprunts pour investir plus de 9 milliards de dollars dans un complexe – le plus grand du Nigeria – de raffinage de pétrole et de production d’engrais dans le sud-ouest.

Un projet qui correspond aux souhaits du président Muhammadu Buhari qui veut développer l’agriculture et la transformation du brut, dont le Nigeria est le premier producteur d’Afrique mais qui, faute de raffineries en nombre suffisant, importe à des prix élevés une bonne partie de son essence.

Du ciment à prix d’or

Fils de commerçant de Kano, Aliko Dangote avait commencé avec 3 000 dollars empruntés à son oncle en 1977 pour acheter des camions de ciment. Le jeune diplômé de commerce flaire la bonne affaire, le Nigeria est en plein boum et le ciment vaut de l’or.

 Trente ans plus tard, il est le premier employeur privé d’Afrique. Il tutoie Barack Obama et finance les partis politiques ; ce qui ne lui vaut pas que des louanges. Ce milliardaire hors norme est aussi un philanthrope qui dépense des millions pour la santé de ses concitoyens. Le richissime homme d’affaires suit les traces d’autres milliardaires comme Bill Gates et Richard Branson sur le chemin de la philanthropie.Sa Dangote Foundation dépense des milliards de nairas pour l’éducation, la santé et l’aide aux sinistrés, comme la promesse faite en décembre dernier de verser 3 millions de dollars aux victimes de l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest. En 2012, il s’est allié à la fondation de Bill et Melinda Gates pour lutter contre la polio au Nigeria qui, en septembre, a été retiré de la liste des pays où la maladie est endémique.

Fan d’Arsenal

C’est enfin un homme qui a des rêves de gosse. Comme celui d’acheter le club de football londonien d’Arsenal. En effet, comme beaucoup de ses compatriotes, M. Dangote est un fan de football et il se dit depuis longtemps qu’il souhaite investir dans l’équipe d’Arsenal, ce qui en ferait le premier Africain à s’offrir un club anglais de première division. «J’espère toujours acheter l’équipe un jour au prix juste», confiait-il en mai à Bloomberg.

‪#‎AfridiStory‬ ‪#‎AfridiMedia

Previous Attentat en Côte d’Ivoire : Aqmi revendique l’attaque de Grand Bassam
Next Mahindra Comviva confirme sa position de leader en matière de portefeuille de musique numérique en Afrique en signant un partenariat avec Mondial Multimedia

No Comment

Leave a reply