Présidentielle au Sénégal : Macky Sall réélu dès le premier tour Le président sortant Macky Sall remporte l'élection présidentielle 2019 dès le premier tour raflant 58,27% des suffrages, selon des résultats officiels provisoires. C'est ce qu'a annoncé le président de la Commission nationale de recensement des votes (CNRV) ce jeudi 28 février. Portrait et bilan du président réélu. 


Macky Sall le 24 février 2019 à Fatick au Sénégal © AP
Macky Sall a été réélu lors du scrutin du dimanche 24 février, selon les résultats provisoires officiels annoncé jeudi 28 février 2019 par la Commission nationale de recensement des votes (CNRV). Le président sortant  devrait piloter pour les cinq prochaines années la deuxième phase (2019-2023) de son plan “Sénégal émergent”. Le tombeur d’Abdoulaye Wade en 2012 a déjà dirigé le pays ces sept dernières années.

Les résultats officiels provisoires, publiés ce jeudi 28 février 2019 par la CNRV :

Macky Sall – 58,27%
Idrissa Seck – 20,5%
Ousmane Sonko – 15,67%
Issa Sall – 4,07%
Madické Niang – 1,48%
Taux de participation officiel : 66,23%

Il a tout fait pour rester en place. Macky Sall, ce fin politique de 56 ans, organisateur de la réélection de Wade en 2007, sait s’y prendre pour affaiblir ses adversaires : quadrillage du territoire, inaugurations (comme celle du TER, le train express régional loin d’être terminé), travail en profondeur des réseaux et débauche d’opposants (comme l’avocate Aïssata Tall Sall le lundi 28 janvier 2019).

 

 

Interview exclusive de Macky Sall sur TV5MONDE lors du XVIème Sommet de la Francophonie à Antananarivo

Accusé par l’opposition d’avoir instrumentalisé la justice pour éliminer Khalifa Sall et Karim Wade de cette présidentielle 2019, Macky Sall a toujours nié. Tout ce qu’il fait, c’est pour le Sénégal argue-t-il.

Macky Sall, le géologue

Né le 11 décembre 1961 à Fatick, la capitale de l’ancien royaume du Sine, ce géologue devenu président de la République du Sénégal a connu un parcours exponentiel.

Le président sénégalais lors d'une rencontre Chine-Afrique à Pékin en septembre 2018. 

Le président sénégalais lors d’une rencontre Chine-Afrique à Pékin en septembre 2018.
©Lintao Zhang/Pool Photo via AP

Bon élève, il déroule une enfance heureuse et modeste entre un père, agent de la fonction publique originaire du Fouta, et une mère, vendeuse d’arachides.

Il obtient le diplôme d’ingénieur géologue au sein du prestigieux Institut de Science de la Terre de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar, puis poursuit sa formation comme géophysicien en France, à l’Ecole nationale supérieure du pétrole et des moteurs (ENSPM) de l’Institut Français du Pétrole (IFP) avant de revenir au Sénégal.

Politiquement, le jeune Sall -dont le père militait au PS- fleurte un temps avec les maoïstes et les marxistes-léninistes, pour finalement effectuer un virage à 180 degrés et voter en 1983 pour le libéral Abdoulaye Wade, de même qu’en 1988.

A la fin des années 1980, il adhère donc logiquement au Parti démocratique sénégalais (PDS) de Wade qui le repère et en fera l’un de ses ministres lors de ses mandatures : notamment ministre des Mines, de l’Énergie et de l’Hydraulique (2001-03), puis ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, porte-parole du gouvernement d’Idrissa Seck (2003-04), enfin Premier ministre (2004-2007). C’est lui qui conduit la campagne pour la réélection d’Abdoulaye Wade en 2007, avant que leurs relations se tendent.

L’émancipation

Après avoir quitté le PDS, le 1er décembre 2008, il crée, avec une trentaine de cadres du parti d’Abdoulaye Wade, le parti Alliance pour la République (APR) qui, lors des élections locales du 22 mars 2009, remporte toutes les localités de Fatick, son fief : la ville de Gossas, douze collectivités locales au Nord du pays, et trois au Sud. Ainsi que toutes les grandes villes du pays dans le cadre d’une coalition formée avec les autres partis membres de la coalition Benno Siggil Senegaal.

En ligne de mire : l’élection présidentielle sénégalaise de 2012. Commence alors une vaste tournée mondiale qui le conduit à rencontrer la diaspora dans les grandes villes mondiales. Il prend conseil auprès de Jean-Pierre Pierre-Bloch, ancien député centriste français, également proche d’Abdoulaye Wade.

Il devient ainsi le candidat de la coalition “Macky 2012”, avec pour slogan “la voie du véritable développement” (“Yoonu Yookuté” en wolof), et propose un programme bâti autour d’une promesse: le véritable développement. 

Laquelle est construite autour : de la lutte contre les injustices sociales, du développement d’infrastructures, d’apprentissages et de la productivité, de l’exemplarité des institutions et de la garantie de la stabilité et de la sécurité du pays. Un programme assez proche de celui qu’il propose en 2019.

Au printemps 2012, il arrive en deuxième position du premier tour, avec 26,58 % des voix, contre 34,81 % au président sortant. Dans l’entre-deux-tours, il réunit tous les candidats battus dans la coalition Benno Bokk Yakkar (“Unis pour le même espoir”, en wolof) et remporte le second tour face à celui qui a fut son mentor, avant la proclamation officielle des résultats par le Conseil constitutionnel (avec 65,80 % des voix, contre 34,20 % pour Abdoulaye Wade).

Il devient ainsi le quatrième président de la République du Sénégal et prête serment le 2 avril 2012.

Le retour

Introverti et peu charismatique, ce qui lui vaut le surnom de “Niangal Sall” (“Sall le sévère”, en wolof), on lui reconnaît intégrité et fermeté, rigueur et persévérance.

Polyglotte (il parle wolof, sérère, pulaar, français et anglais), il incarne également un renouvellement de génération dans la politique sénégalaise, même si l’étendue de son patrimoine soulève des questions et que les contrats attribués lors de son mandat en majorité à des entreprises étrangères n’ont fait qu’endetter le pays.

Son programme 2019 “Plan Sénégal émergent” est composé d’une dizaine d’axes :

  • L’agriculture et le soutien du secteur industriel (avec la promotion des PME / PMI) arrive en tête, suivi de la bonne gouvernance et le développement des transports(infrastructures, routes… )
  • La protection sociale et l’emploi suivent, avec un effort particulier en direction de la réduction du chômage des jeunes.
  • L’environnement et le changement climatique arrivent en bonne place dans son programme. Macky Sall étant l’un des rares candidats à en faire l’un des axes de sa campagne.
  • Paix, sécurité et nouveaux instruments de l’économie sont les axes qui arrivent en fin de déroulé. Tout comme l’éducation reléguée en avant dernière position du programme.
Previous Présidentielle au Sénégal : Macky Sall réélu selon les résultats officiels provisoires
Next LuQuLuQu Marche de soutien aux familles forcées de fuir

No Comment

Leave a reply